: ZKM :: Artikel :: Symposien 2004 | Baudrillard | franz.
 
 

  

ZKM_Symposien

Art et Philosophie – Jean Baudrillard

Jean Baudrillard et les arts – Un hommage à l’occasion du 75e anniversaire du philosophe français

16 – 18 juillet 2004
ZKM_Medientheater et Projektraum au MNK

Exposée
[-> Exposée auf Deutsch]

Introduction :: Programme :: Prix d'Entrée

Tout le monde le connaît, le prophète apocalyptique, le dissident, le penseur français mélancolique - Jean Baudrillard, qui n'aime pas qu'on l'enferme dans des classifications et ne se définit ni comme sociologue ni comme philosophe. »Je ne viens pas d’une 'discipline' particulière. Je ne dis pas cela pour jouer à l'amateur ou au dilettante, je n'ai tout simplement pas la constance nécessaire pour m'astreindre à la discipline nécessaire. Je n'ai jamais eu le courage d'étudier à fond la sémiotique, de m'occuper de manière systématique de psychanalyse. Je m'y intéresse, mais de manière frivole«, déclarait-il en 1989 dans un article du Supplément de la »Frankfurter Allgemeine Zeitung«.

»Simulacre« est le mot que l'on rattache le plus volontiers à son nom et que, d’ailleurs, les éditions Merve de Berlin ne manquent jamais d’expliquer dans le glossaire publié en tête des ouvrages traduits.
Né le 19 juillet 1929 à Reims, Jean Baudrillard aura 75 ans cette année. Après des études d'allemand à la Sorbonne, il traduisit des œuvres de Bertolt Brecht et de Peter Weiss. Nommé professeur de sociologie en 1968, il enseigna de nombreuses années à l'Université de Nanterre à Paris. C'est aussi au cours de cette année mouvementée que sortit son premier livre: »Le système des objets«. La traduction allemande parut six ans plus tard sous le titre »Das Ding und das Ich«. D'autres textes suivirent, qui sont entre-temps devenus des ouvrages culte:

»L'échange symbolique et la mort« [1976]
»Simulacres et simulation« [1981]
»Les stratégies fatales« [1983]
»La transparence du mal« [1990]
»Amérique« [1997]
»Le crime parfait« [1995]
»L'échange impossible« [1999]
»L'esprit du terrorisme« [2002]

Jean Baudrillard n'a cessé de mettre en question les vérités simples, comme quand il déclare que la médiatisation abolit toute trace de référence et de vérité. Pour le penseur français, la disparition de la distinction entre le vrai et le faux s'étend à tous les domaines: au domaine esthétique de l'art, historique de l'évènement et de la mémoire, politique de l'action et de l'opinion et même au domaine scientifique de l'expérimentation et de la preuve. Les idéologies, les dogmes, les interdits dans le domaine de la pensée lui sont étrangers. Lors de la remise du Siemens Medienpreis en 1995 au Zentrum für Kunst und Medientechnologie, il déclara que dans l'art moderne tout repose sur l’authenticité, sur la signature de l’œuvre, qui remplace la vraie valeur, puisque les critères esthétiques font défaut.
Dans le cadre de son cycle consacré à »L'art et la philosophie«, le ZKM organise une exposition et un symposium qui montreront l'impact déterminant de Jean Baudrillard sur l'évolution de l'art contemporain et de la culture.

A l'instar des symposiums des années précédentes consacrés aux œuvres de Michel Foucault [2002] et de Gilles Deleuze [2003], le symposium Baudrillard a été conçu par Peter Gente, cofondateur des éditions Merve à Berlin, qui fut l'un des premiers à inscrire à son programme les écrits du penseur français. En collaboration avec Peter Weibel, il a adressé des invitations à toutes les personnes ayant un lien particulier avec les écrits de Baudrillard, qu'elles se placent à distance critique ou en conformité avec les idées de l'écrivain.
Jean Baudrillard sera présent au symposium du ZKM à Karlsruhe et participera le samedi 17 juillet 2004 à un débat public sur l'art moderne.

Pour que ces rencontres ne revêtent pas un caractère purement académique mais attirent aussi toutes les personnes intéressées ou curieuses ainsi que ses lecteurs et ses fans, les exposés seront accompagnés de lectures, de films et de discussions. Parmi les orateurs sont attendus Sylvère Lotringer, philosophe, New York; Mario Perniola, philosophe, Rome; Michail Ryklin, philosophe, Moscou, et Florian Rötzer, philosophe des médias et publiciste, Munich.

Les conférences se dérouleront dans la langue des orateurs. Une traduction en allemand sera à la disposition du public.

    Text: Barbara Koenches
    Übersetzung ins französische: Cathrine Debacq-Groß

^

© 2014 ZKM | Zentrum für Kunst und Medientechnologie Karlsruhe :: Impressum/Web Site Credits